Comment organiser les funérailles d’un proche ?

La mort peut survenir à n’importe qui et à n’importe quel moment. Si bien que lorsqu’on perd un proche, on se trouve dans une situation momentanée de douleur et de désarroi. Aucune personne n’est vraiment préparée à faire les obsèques d’un proche.

Pourtant, il est nécessaire de rendre un dernier hommage à l’être cher et de faire son deuil. Si le défunt n’a pas préparé son décès lors de vivant, la famille doit s’arranger pour faire une cérémonie correspondant à ses dernières volontés. Cet article vous guidera dans les grandes lignes à entreprendre.

S’occuper des différents dossiers pour légaliser la situation

Avant de procéder à l’organisation des obsèques, il faut à tout prix s’occuper des formalités nécessaires pour pouvoir récupérer le corps du défunt.

Pour ce faire, il faut faire établir un certificat médical de décès qui servira à déclarer le décès à la mairie. Ce dernier établira un acte de décès. Cette procédure peut être entreprise par un membre de la famille, mais elle est généralement faite par les entreprises funéraires.

fleur

Contacter une entreprise funéraire

Pour alléger votre situation dans ces moments de peines, il est conseillé de faire appel à une entreprise funéraire. Vous pouvez avant tout comparer plusieurs d’entre elles pour avoir un devis estimatif gratuit avant de choisir celui qui vous correspond le mieux.

L’entretien avec les pompes funèbres vous permettra alors de donner les informations nécessaires pour rendre un dernier hommage au défunt. En respectant ses dernières volontés et ainsi que celles de sa famille, l’entreprise pourra s’arranger pour préparer des fleurs, des objets décoratifs ou faire la confection d’une plaque funéraire personnalisée que l’on peut retrouver sur le site de https://plaquedeces.fr.

Organiser la cérémonie

Avant de se séparer du corps du défunt, une cérémonie est souvent organisée. Celle-ci peut être religieuse ou non, dépendant des convictions religieuses ou culturelles du défunt et de sa famille.

Opter pour une cérémonie civile ou laïque

Pour faire face à la disparition du proche, la famille peut organiser la cérémonie du défunt en personnalisant un dernier hommage et en satisfaisant certains besoins rituels. Cette cérémonie civile peut se passer juste avant la mise en terre, au crématorium ou dans une salle de cérémonie spécialement dédiée à celle-ci. Généralement, un livre d’or est mis à la disposition et rempli par les personnes qui sont présentes pour recueillir quelques témoignages ou des souvenirs à la mémoire du défunt.

Pendant cette cérémonie civile, il est aussi de coutume de lire des textes, des poèmes ou faire un discours pour honorer la mémoire du défunt. D’autres cérémonies prévoient de rendre hommage en diffusant un film, une musique ou des photos faisant remémorer le défunt.

Opter pour une cérémonie religieuse

Si le défunt était connu pour être une personne religieuse, il est normal d’organiser une cérémonie respectant les traditions de la religion pratiquée par celui-ci. Rappelez-vous de vous mettre en relation avec les autorités religieuses auxquelles le défunt était membre. Certaines d’entre elles vous donnent l’opportunité de choisir des chants, des prières et certaines musiques. Dans ce cas, la cérémonie peut se dérouler dans l’enceinte du lieu de culte ou au cimetière.

Choisir le mode de sépulture

Si de son vivant le défunt n’a pas mentionné ses dernières volontés concernant son corps, c’est à un membre de la famille de choisir entre l’inhumation ou la crémation.

L’inhumation

L’inhumation est une coutume funéraire très courante dans le monde. Elle consiste à mettre le corps du défunt en terre et est plus communément appelée enterrement. Il faut savoir qu’en France, une personne qui décède a le droit d’être enterrée dans certains cimetières. Ceux de la commune où la mort a été constatée, l’endroit où elle vivait ou celui où elle dispose d’une sépulture familiale. Dans tous les cas, il faut que la mairie délivre un permis d’inhumer pour procéder à la mise en terre.

La crémation

Ce procédé est à considérer pour diverses raisons, notamment d’ordre financier ou écologique. Il faut savoir que la crémation est de plus en plus courante au niveau de la population française. Pour pouvoir faire une crémation, il faut en premier lieu avoir une autorisation de crémation provenant du maire de la commune où la mise en bière est nécessaire. Ensuite, après crémation, l’urne contenant les cendres peut être déposée dans un cimetière ou un columbarium. Elles peuvent être également dispersées en pleine nature ou sur une propriété privée.

Bon à savoir : il est utile de discuter des obsèques souhaitées et mettre par écrit ses volontés lors de son vivant. Cela évitera toute complication et toute dispute entre les membres d’une famille.

Financer les obsèques

Les obsèques doivent être prises en charge par la famille du défunt. Pour alléger ces charges, vous pouvez recourir à quelques entités. Vous avez notamment la sécurité sociale, la mutuelle du défunt et sa compagnie d’assurance (vie ou décès) s’il a souscrit. Par ailleurs, il est possible de prélever sur l’épargne ou le compte du défunt. Si le défunt ou sa famille ne peuvent subvenir aux frais des obsèques, c’est la municipalité qui devrait s’en charger.

À noter : faire plusieurs copies de l’acte de décès est très utile. Prenez aussi bien soin de conserver la facture des obsèques.

Written by district-parthenay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *